Epines Entrelacées - PV*

Aller en bas

Epines Entrelacées - PV*

Message  Swan C. Anger le Mar 29 Jan - 21:45

Toute rose est proie de l'hiver.


    Une petite lettre était posée sur le rebord de sa fenêtre. Une lettre simple, sans sceau, sans nom. Juste pour lui. Un grand Duc accompagnait soigneusement l'ouvrage de papier, et Swan reconnu plutôt rapidement le hibou de son père. Alerté et excité à l'idée d'avoir des nouvelles de sa famille, alors très grande, il attrapa la patte du piaf sans retenu, comme par habitude, et attrapa le message qui y était accrocher. Le faisait rouler dans ses mains par simple mouvement du poignet, il découvrit les fines lettres tracées de la propre main de son père. Il eut un rire ironique en lisant les premières lignes.

    Bien sûr, ici, c'est le cirque. On a les deux derniers qui jouent les chimpanzés, et la toute grande qui se croit acrobate! Tu verrais le spectacle! Tu sais, c'était...

    La suite ne le fit pas sourire autant. La lettre parlait de son couple actuelle, de sa femme, de son amour inconditionnel pour elle. Comme d'habitude. Par le temps, Swan s'en était lassé. Il avait comprit avec le temps que son père n'était pas fait pour les amours longues durées, et que la seule idée de rester avec une femme pour la vie de dégoûter. Il y avait les gagnants et les perdants. Le père de Swan était des perdants. Mais cette peur insipide de la solitude, de finir seul ici... Non, il ne pouvait pas supporter. Il froissa la lettre dans sa paume, ces yeux se mouillèrent.

    - HEY! Swan, tu viens ?
    - He... J'arrive après, Ephan. Je...
    - Okay, okay. Pas grave. Je t'attends au lac!
    - Ouai, ouai...

    Avait il mérité ça ? Cette violence dans la famille, cette idée abjecte d'être abandonner de tous ? Il ne savait pas. Il n'avait jamais était aussi seul en réalité. Avant, il y avait les aînées, puis les cadets, plus les benjamins... Et là... Il n'y avait personne que lui. Ephan était partit, avec les autres. Il attrapa le rebord de la table, essayant de garder son calme le plus profond. Puis tout lâcha. Les larmes coulèrent, et il s'élança dans les escaliers.

    Il avait eu peur de sombrer. Ces pensées vagabondes et frivoles s'envolaient vers d'autres horizons, plus doux ou plus colériques, l'idée même ne lui avait pas frôlé qu'il n'aurait jamais du être ici. Sa main tremblait doucement, tenant ce simple bout de papier. Si petit, mais tant de signification. Son père ne voudrait pas de lui pour les prochaines vacances, sous prétexte qu'il voulait un peu d'intimité avec sa femme, sa nouvelle femme, sa putain de cinquième femme. A cette pensée, il avai couru jusqu'au parc, celui qui s'étend en buisson de fleur, formant des animaux légendaires en belles courbes, les fleurs marquant un labyrinthe dans le jardin même. Au fond de lui, Swan savait qu'il aurait sans doute préférait fuir cet endroit et se noyer dans les marécages. Il ferma les yeux, ravalant ses larmes et déchira le bout de papier en milles morceaux. Il le haïssait de tout son être.

    Ses yeux étaient rougies par les larmes qui avaient sans doute couler dans un moment de faiblesse. Il tomba finalement à genoux. Son père était un être cruel, une enflure. Il n'avait rien d'un modèle ou du fameux Chevalier à la Baguette qui avait rompu de nombreux maléfices et avaient déscendus des mangemorts lors de la bataille. Swan s'était retirait dans un petit endroit du parc, le genre d'endroit rarement fréquenté, même méconnu des plus jeunes car à l'abri des regards sinueux. Il renifla plus fortement, essuyant son visage mouillé dans un mouchoir, plus long et d'une blancheur immaculée dans le rouge et le vert environnant. Un bruit foula les graviers blancs du sentier qui donnait vers ce coin reculé, mais Swan n'en fit rien. C'était un passeur, sans aucun doute. Il se releva doucement, essuyant ces dernières larmes mais se figea.

    Pourquoi il était là, lui ? Swan devint d'un froid glacial, plantant son regard dans celui qui venait d'arriver.


    - T'as rien à branler là, toi.

    Sa voix était sans équivoque, d'un tranchant presque lointain.
avatar
Swan C. Anger
Elève en 7ème Année à WindHeir

Nombre de messages : 5
Maison : 7ème Année de WindHeir
Âge RP : 17 ans.
Citation* : Anger is Easy.
Date d'inscription : 19/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epines Entrelacées - PV*

Message  Sidney Taylor le Dim 10 Fév - 12:27

    Les yeux vers le ciel, Sidney aurait aimé avoir l’âme vers le ciel. Mais la voûte des Dieux n’était que trop grise pour le brûlant jeune homme qui détestait ce temps. Le garçon portait son uniforme de Quidditch, il était bien parti pour aller taquiner le balai, mais apparemment, il était le seul suicidaire à s’être levé aussitôt. Déçu, il se changea. Il entendit un rire étouffé et sut d’où ça provenait. Avec un sourire, il lança son oreiller sur le lit de son meilleur ami, Charlie Bendaccio.

    « On t’a demandé de rire, toi ? »
    « Tu sais que je peux pas résister à ton charme, Sid … »
    « Ta gueule et rendors-toi, crétin … »

    Sitôt ces virilités passées, Sidney quitta la chambre. Il se sentait las et fatigué, mais le sommeil ne venait pas. Il se posait des questions, surtout sur son père. Pourquoi était-il parti ? Qu’avait-il fait pour que sa mère refuse de lui en parler ? Pourquoi Bill et Melyssa évitaient-ils le sujet à chaque fois qu’il voulait en savoir plus sur son géniteur ? C’était injuste. Il ne l’avait jamais connu, et on refusait de lui dire, de lui expliquer. Ca le soulagerait tant … Il voulait tant savoir, avoir les réponses. Mais il savait qu’au fond de lui, il devrait tôt ou tard les découvrir seul. Quant à la nature des réponses, il les redoutait et les attendait plus que tout. Il avait déjà envisagé le pire et s’y était préparé, mais il était certain que ça lui fera un choc quand il l’apprendrait « pour de vrai ».

    Ses pas l’avaient conduits au parc. Il appréciait cette étendue froide et noire, aux remous mystérieux et inquiétants. Ca le changeait de l’éclat incessant de Salem. L’adolescent mit les mains dans ses poches, posant son regard bleu d’enfer sur la silhouette noire et triste qui se trouvait là. Il eut un soupir de lassitude.


    - T'as rien à branler là, toi.

    Mais merde ! Qu’est-ce qu’il lui prenait, à Swan, de l’agresser dès le matin ! Il n’avait rien fait, il était juste venu au parc, il n’était pas là pour l’emmerder personnellement ! Le blond se mordit la lèvre et ne répondit pas tout de suite. Il fit quelques pas et se posta à côté de lui, brisant la distance qu’il y avait toujours eu entre Swan et lui. Cette haine, ça venait surtout de leurs maisons respectives. Et du caractère un peu trop flambeur de Sidney, qui le reconnaissait sans difficultés. Oui, il était arrogant, sportif, adulé. Ca lui donnait la grosse tête et Swan n’aimait pas ça. Le SunChild jeta un rapide coup d’œil au WindHeir qui semblait ne pas être dans son assiette et lança d’une voix neutre, avec cette lassitude qui le caractérisait depuis quelques temps :

    « Ecoute, j’ai pas envie qu’on se batte, qu’on se lance des sorts ou qu’on s’engueule ce matin. J’ai des problèmes, je suppose que t’en as aussi, alors c’est pas la peine d’en rajouter, okay ? »

    Sidney regarda autour de lui. Ils étaient totalement seuls. Des branches épineuses et des arbres morts les entouraient de leur quiétude mortuaire. Quelle ambiance ! Le moral de Sid n’était déjà pas au beau fixe, et même la nature s’y mettait pour le faire tomber encore plus bas. Mais d’un côté, le silence et la solitude, c’est bon pour réfléchir. Et c’est pas mal non plus pour apprendre à connaître son meilleur ennemi.

Sidney Taylor
Elève en 6ème Année à Sunchild

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epines Entrelacées - PV*

Message  Swan C. Anger le Sam 16 Fév - 20:01

    Peut être aurait il préféré la douceur d'un drap, d'une main de soie sur sa joue. Bon dieu, qu'il était bête. Délaissé à son propre sort. Combien de gamin aurait préféré que ces parents fuient, soient loin d'eux et lui... Lui ? Il ne voulait que le contraire. Que son père l'accepte, au moins une fois dans sa triste existence. Assis sur le sol, sur l'herbe fraîche, Swan repensait à sa vie, à tout ce qui s'y était passé. Pas grand somme, en somme. Il eut un rire nerveux. Oui, en effet, c'était bête d'y repenser tout de suite. Pourquoi en réalité ? Avait il seulement aimé son père ? Bien sûr que oui. Faiblesse positive. Le jeune WindHeir soupira. Il était un vieille chaussette, que l'on aurait jeté sur le pavé, et roulait dessus. Drôle, vu comme ça, en faîte. Swan secoua ces mèches brunes, penchant la tête. Les larmes coulaient, et alors ? Qui irait gafarder que le grand Anger pleurer ? Personne n'aurait le courage. Ici, personne ne passait, et les rares passants, Swan leur referait le portrait. Dommage que ce soit lui qui soit passer. Un si beau minois à retravailler...

    « T'as rien à branler là, toi. »

    Il le toise violement, se relevant. Qu'est qu'il veut, cette tantouze ? Ah. Quelle hypocrisie, Swan, tu ne trouves pas ? Toi même qui en rêve. Vulgaire hypocrisie. Il le regarde, hautain, froid et distant. D'un lunatisme certain. Le stéréotype même des WindHeir, en somme. Le blond se mordit la lèvre, Swan le remarqua aussitôt. C'était comme un tableau. Un mauvais tableau, mal peint, avec une scène banale à ne pas être peinte. C'était un SunChild, un putain de SunChild. Le WindHeir haïssait cette maison, haïssait tout d'eux. Leur façon de marcher jusqu'à leur façon de parler. Il avait fait quoi pour se retrouver avec lui, ici ? Il avait du tuer une vieille, dans une vie antérieure. Ouai, il avait du en tué une. Il le regarda, ces paupières se fermèrent puis se rouvrirent doucement. Il était con. Il aurait pu s'éviter une bagarre avec le Anger, mais monsieur n'était pas partit. Non, il avait préféré resté ici, histoire d'enfoncer le clou. River n'était pas avec lui, qui le retiendrait de frapper ? L'air mauvais, Swan plissa le nez, ces yeux d'un bleu pâle fixèrent le jeune sportif.

    « Ecoute, j’ai pas envie qu’on se batte, qu’on se lance des sorts ou qu’on s’engueule ce matin. J’ai des problèmes, je suppose que t’en as aussi, alors c’est pas la peine d’en rajouter, okay ? »

    Qui était-il pour dire ça ? Swan ne dit rien. Il se rapprocha de Sydney en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et l'attrapa au col. Il devait le dominer que de quelques centimètres, peut être des microns. Ou les cheveux ébouriffés ? Le WindHeir n'en savait rien. La seule envie qu'il avait, c'était de gogner cet arrogant, lui faire avaler toutes ces dents, une à une. C'était un déchet. Et les déchets, on les fout à la poubelle.

    « Ô oui, Grand Taylor, suis-je bête, tu as des problèmes. Manucure ? Cheveux ? Ou est-ce le noir de tes yeux qui coulent ? »

    Un rire sardonique, il le pousse contre la hair, l'encastre sans forcer. Non, il faut qu'il le garde entier. Jack Cheshire ne lui fera pas de cadeau avec la dernière bagarre. Dans le coma, le petit camarade. Mauvais plan, Anger. Qu'importe. Il l'enfonce un peu plus. Une seule envie, le mordre, lui déchirer la tête pour se sentir mieux. Il croise son regard, se plante littéralement dedans.

    « Pas de chance, Taylor, j'ai envie d'me battre. »

    Smile on his face.
avatar
Swan C. Anger
Elève en 7ème Année à WindHeir

Nombre de messages : 5
Maison : 7ème Année de WindHeir
Âge RP : 17 ans.
Citation* : Anger is Easy.
Date d'inscription : 19/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epines Entrelacées - PV*

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum